« La numérisation du monde » de la recherche en archéologie : condition de possibilité ou finalité incontournable ? - Inrap - Institut national de recherches archéologiques préventives Access content directly
Conference Papers Year : 2020

« La numérisation du monde » de la recherche en archéologie : condition de possibilité ou finalité incontournable ?

Abstract

The notion of "digitization of the world" recently evoked by the CEO of the CNRS Antoine Petit (2019), seems to constitute an inevitable horizon for our societies, to the point of becoming synonymous and condition of progress and quality. Applied to the field of research, particularly in the field of Human and Social Sciences, this notion, which is polymorphous, is gradually becoming an obligation for its actors in the "war" that French public research must wage, among other things, to become a leading player on the international stage. But it is above all to be able to hope to obtain the funding it needs that research must submit to this injunction. By taking archaeology as an exemplary disciplinary field, the process of massification of the digitisation of the knowledge produced and published presents as many stimulating perspectives as it raises questions. After reminding us that the digital domain must be considered as a set of devices at the service of a technical government enterprise, the uses of these devices are presented as one of the conditions of possibility for archaeological research. However, it is also shown that digitisation, which should benefit the greatest number of people, will probably not win everyone's support, for various reasons: the meaning given to this movement (why digitise? ), the heterogeneity of practices around the same objects of knowledge and the same technical devices used, the lack of training and support for those involved, the anthropological dimension induced by digitisation since it obliges the user to submit to technical devices rather than the other way round, the in-depth modification of the professional identities of researchers and their activities, etc. (Tufféry, 2019). The questioning of the digitisation process in archaeological research, which is the subject of our thesis and the work of other researchers, is based on a historiographical and epistemological perspective that allows us to question the appearance and extension of "digital territories" in archaeology. It is thus an opportunity to consider how archaeology, now on the road to digitising its research practices, is part of the "digital humanities". It remains to be seen whether it is simply a community of practices, as envisaged by the Humanistica association, or whether it is the bearer, in its field, of a real epistemological and scientific break (Foucault, 1969).
La notion de « numérisation du monde » évoquée récemment par le PDG du CNRS Antoine Petit (2019), semble constituer un horizon inévitable pour nos sociétés, au point de devenir synonyme et condition de progrès et de qualité. Appliquée au domaine de la recherche, en particulier dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales, cette notion, polymorphe, se transforme progressivement en une obligation pour ses acteurs dans la « guerre » que la recherche publique française doit livrer, entre autres, pour devenir un acteur de premier plan sur le plan international. Mais c'est surtout pour pouvoir espérer obtenir les financements qui lui sont nécessaires que la recherche doit se soumettre à cette injonction. En prenant le domaine de l'archéologie comme champ disciplinaire d'exemplification, le processus de massification de la numérisation des savoirs produits et publiés, présente autant de perspectives stimulantes qu'il soulève d'interrogations. Après avoir rappelé que le domaine numérique doit être considéré comme un ensemble de dispositifs au service d'une entreprise de gouvernementalité technique, les usages de ces dispositifs sont présentés comme une des conditions de possibilité de la recherche en archéologie. Mais, il est aussi montré que la numérisation, qui doit bénéficier au plus grand nombre, n'emportera probablement pas l'adhésion de tous, pour diverses raisons : sens donné à ce mouvement (pourquoi numériser ?), hétérogénéité des pratiques autour des mêmes objets de connaissance et des mêmes dispositifs techniques mobilisés, manque de formation et d'accompagnement des acteurs, dimension anthropologique induite par la numérisation dès lors qu'elle oblige l'utilisateur à se soumettre à des dispositifs techniques plutôt que l'inverse, modification en profondeur des identités professionnelles des chercheurs et de leurs activités, etc (Tufféry, 2019). La mise en question du processus de numérisation de la recherche en archéologie, qui fait l'objet de notre thèse et de travaux d'autres chercheurs, s'appuie sur une mise en perspective historiographique et épistémologique qui permet de s'interroger l'apparition et l'extension des « territoires du numérique » en archéologie. L'occasion est ainsi donnée de considérer comment l'archéologie, ainsi engagée sur la voie de la numérisation de ses pratiques de recherche, s'inscrit dans les « humanités numériques » dont il reste à savoir s'il s'agit seulement d'une communauté de pratiques comme l'envisage l'association Humanistica, ou si elle est porteuse, dans son champ, d'une véritable rupture épistémologique et de scientificité (Foucault, 1969).
No file

Dates and versions

hal-02614677 , version 1 (21-05-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02614677 , version 1

Cite

Christophe Tuffery. « La numérisation du monde » de la recherche en archéologie : condition de possibilité ou finalité incontournable ?. Humanistica 2020, May 2020, Bordeaux, France. ⟨hal-02614677⟩

Collections

INRAP
152 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More